22KM EN DETAIL

Informations clés et Nouveautés 2019

  • Un maximum de 2.999 participants
  • Coureurs-guides pour des temps à l’arrivée de 1h25’ jusqu’à 2h00’
  • Départ à 10:00 sur le Boulevard Victor Hugo au niveau des Halles de Saint Jean de Luz et arrivée dans la Rue Zuloaga à Hondarribia, à côté de l’Hotel Jauregi.
  • Distance de 22 km principalement sur asphalte (100m sur pavés au km 21) avec un temps maximum pour terminer la course de 2h45’ et un parcours entièrement bloqué au trafic de véhicules.
  • Altitude maximale de 66m (environ au km 10) et un dénivelé cumulé total sur le parcours de 356m.

Départ et parcours urbain à Saint Jean de Luz et Ciboure

Grande nouveauté pour cette édition 2019, le départ est situé en plein centre ville, sur le Boulevard Victor Hugo devant les Halles de Saint Jean de Luz.

Les premiers mètres de la course se feront donc en plein centre ville et devant le port de la cité des corsaires. En laissant sur leur droite, la magnifique place Louis XIV entourée de ses tourelles et maisons traditionnelles, les coureurs prennent la direction de Ciboure.

Les coureurs traversent ensuite le pont menant à la cité voisine, en surplombant le magnifique port de pêche avec ses bateaux traditionnels aux couleurs si vives !

En passant par le quai Maurice Ravel et en laissant le clocher de l’église Saint Jean Baptiste derrière, nous terminons le premier kilomètre en entrant pleinement dans le vif du sujet avec la première difficulté, la côte de Muskoa avant la plage de Socoa.

Les kilomètres 2 et 3 jusqu’à Socoa nous permettent de longer la magnifique Baie de Saint Jean de Luz-Ciboure avant de basculer sur la Corniche, avec en gardien du parcours, l’impressionnant fort de Socoa.

La Corniche…puis Hendaye

Cette portion de 6 kilomètres sur la Corniche est sûrement une des caractéristiques principales de cette course qui définit le mieux la particularité de “la  Donibane”.

La Corniche est une portion du chemin littoral qui relie Saint Jean de Luz à Hendaye qui surplombe des falaises de flysch avec de magnifiques vues sur la mer et les prairies avoisinantes.

S’il fallait souligner un endroit particulier sur cette portion, ce serait bien sûr le passage au niveau du Château d’Abbadia, au niveau du km 9 environ avant de débuter la partie la plus “urbaine” du parcours.

Ce Château construit par Antoine d’Abbadie d’Arrast, anthropologue, explorateur, linguiste et astronome et qui le transforma en un édifice particulier, avec un grand bestiaire que l’on retrouve sur différents murs de l’édifice et un observatoire astronomique décimal (400º divisés en décigrades au lieu des 360º habituels divisés en minutes), qui le rend d’une rareté authentique puisqu’il est unique dans le monde.

Après une longue descente, les coureurs arriveront sur la promenade de la plage d’Hendaye et emprunteront les nouveaux aménagements du bord de mer.

Petite nouveauté cette année, les coureurs emprunteront le bord de mer jusqu’à l’embouchure de la Bidasoa et passeront le long du port de plaisance avant de revenir sur le Boulevard de Txingudi pour continuer sur le parcours habituel vers la gare.

Pavés et émotion dans la Cité fortifiée d’Hondarribia

Il ne reste plus qu’un kilomètre pour terminer la course et nous arrivons sur une des portions les plus légendaires de la course : la très redoutée montée en pavés de la rue Kale Nagusia, à Hondarribia.

Un imposant garde en bronze, figure emblématique de l’histoire et de la culture de cette ville accueille les coureurs avant qu’ils ne pénètrent dans un univers médiéval. Un décor de maisons centenaires ornées de blasons , sublimé par cette rue faite de pavés irréguliers où le public vient nombreux pour supporter tous les coureurs.

Cette ambiance redonne force mentale et courage aux coureurs et leur apporte ce petit plus qui permet de terminer avec le sourire cette dernière portion avant l’arrivée.

L’arrivée tant espérée dans le quartier maritime de la ville

Après avoir passé la cité fortifiée, les coureurs pénètrent dans le quartier maritime d’Hondarribia. Des anciennes maisons de pêcheurs avec des couleurs vives accompagnent les coureurs jusqu’à l’arrivée tant souhaitée, avec un public toujours aussi nombreux qui permet d’achever ces derniers mètres presque sans efforts.

a